salade de melon, concombre & feta

Salade de melon, concombre & feta

Un peu d’histoire : la feta

« La Féta est fabriquée de façon très simple selon une méthode qui s’est transmise de millénaire en millénaire et a essaimé tout autour du bassin méditerranéen et dans les Balkans.

Le lait est mis à coaguler, et le caillé obtenu est plongé dans de l’eau saumurée, historiquement dans des fûts en bois.

La Féta AOP doit contenir au moins 70% de lait de brebis, qui peut être complétée par du lait de chèvre. Depuis 2002, date à laquelle elle a obtenu une Appellation d’origine protégée (AOP) réservée à la Grèce, les autres pays qui en fabriquaient, au lait de brebis mais aussi au lait de vache, ont dû totalement renoncer à l’utilisation du terme.

L’offre actuelle va de petites productions très artisanales, plutôt produites en début d’année au lait cru, jusqu’à des fabrications à très grande échelle, au lait pasteurisé. »

Source : https://www.quiveutdufromage.com/f-feta

Ingrédients

  • 1 melon
  • 1 concombre
  • 1 tranche de feta
  • 2 cuillères d’huile d’olive
  • Quelques feuilles de menthe

La recette

Le melon

Couper le melon en quatre.

Enlever les pépins.

Retirer la peau.

Détailler le melon en dés.

Le concombre

Eplucher le concombre.

Couper les deux extrémités.

Le trancher en quatre, enlever les pépins.

Couper le concombre en petits dés.

La feta

Détailler la feta en dés.

Menthe

Laver la menthe et la ciseler.

Suite

Placer les dés de melon, concombre et feta dans un saladier.

Ajouter la menthe ciselée.

Mélanger délicatement.

Réserver au frais

Au moment de servir

Verser dans le saladier l’huile d’olive.

Saler, poivrer.

Mélanger.

Servir.

Bon appétit !

Tarte de pastèque

Tarte de pastèque

Un peu d’histoire : la pastèque

« La pastèque (Citrullus lanatus) appartient à la famille des cucurbitacées (melon, courge, concombre …). Originaire d’Afrique, elle était déjà cultivée en Egypte il y a plus de 5000 ans. Les Égyptiens avaient pour coutume d’offrir aux voyageurs des morceaux de pastèques aux portes du désert.

Les graines de la pastèque étant facilement transportables, la culture de ce fruit a pu se propager de la Mésopotamie à l’Extrême Orient en passant par l’Inde.

Puis cette culture s’est répandue dans toutes les régions méditerranéennes grâce leur climat propice.

Vers les XV-XVIe siècle, les explorateurs britanniques découvrent la pastèque à Madagascar, et ils en profitent pour la ramener en Europe ainsi que dans leurs colonies américaines. »

Source : https://www.lanutrition.fr/petite-histoire-de-la-pasteque

Ingrédients

  • 1 pastèque
  • Quelques fraises
  • Quelques myrtilles
  • Quelques groseilles
  • Feuilles de menthe

La recette

Laver les fraises, les myrtilles, les groseilles et les feuilles de menthe.

Les sécher à l’aide d’un essuie tout.

Equeuter les fraises.

Découper une tranche de pastèque.

Déposer les fruits et les feuilles de menthe sur la tranche de pastèque.

Servir frais.

Bon appétit !

Fatteh d’aubergines de julie andrieu

Une recette partagée par Julie Andrieu sur son site officiel : https://www.julieandrieu.com/recettes/fatteh-daubergines-pour-se-souvenir-du-liban

Ingrédients, pour 2 personnes

  • 1 aubergine
  • 1 grappe de tomates cerise
  • 1 yaourt grec
  • 1 gousse d’ail
  • 1 sachet de pignons de pin
  • 2 pitas
  • 2 cuillères à soupe de mélasse de grenade.
  • Huile d’olive
  • Piment d’Espelette
  • Sel

La recette originale prévoit du sumac. N’en ayant pas, j’ai suivi le conseil de remplacer le sumac par le piment d’Espelette.

N’ayant pas de mélasse de grenade, j’ai trouvée une recette maison 🙂

La recette

Préchauffer le four à 180°.

Peler la gousse d’ail et l’émincer. Réserver.

Mettre le yaourt dans un bol, ajouter l’ail émincé et un peu de sel. Mélanger et réserver au frais.

Dans une poêle, faire revenir les pignons de pin avec un peu d’huile d’olive jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Réserver.

Laver les tomates cerise puis les couper en deux.

Dans une autre poêle, ajouter un filet d’huile d’olive puis faire revenir les tomates à feu vif pendant 2 minutes. Saler et poursuivre la cuisson pendant 2 minutes. Réserver.

Laver l’aubergine et la découper en tranches de 3 cm d’épaisseur. Les recouper en 4 ou 6 morceaux selon le diamètre des tranches.

Dans une poêle, faire revenir les aubergines dans un filet d’huile d’olive pendant 7 à 8 minutes. Saler, couvrir et poursuivre la cuisson encore 7 à 8 minutes.

Ajouter les 2 cuillères à soupe de mélasse de grenade, 2 ou 3 cuillères à soupe d’eau.

Laisser cuire 2 minutes.

Ajouter les tomates cerise et poursuivre la cuisson pendant 2 minutes.

Déposer un papier sulfurisé sur une plaque de cuisson. Mettre les pains pita et enfourner pour 3 à 4 minutes pour qu’il soit croustillant. Le briser en éclat au terme du temps de cuisson.

Assemblage

Dans une assiette creuse ou un plat de service, déposer les morceaux de pita. Ajouter le yaourt puis le mélange d’aubergines/tomates cerise, puis les pignons de pin.

Saupoudrer de piment d’Espelette.

Servir sans attendre.

Bon appétit !

Bar au four – Sauce Vierge

Le bar

« Ce poisson rond porte deux noms différents : il se nomme bar lorsqu’il vit et est pêché dans l’océan Atlantique, et loup dans la Méditerranée. Ce nom de « loup » vient de sa voracité. En effet, le bar ouvre la bouche en nageant et se gave de tout ce qui lui tombe sous les nageoires et qui n’est pas du plancton : sardines, anchois, bébés mulets, nouveau-nés d’anguilles (civelles), calmars, petits crabes, crevettes et tous les crustacés rencontrés, du moment qu’ils sont plus petits que lui.

Adulte, le bar est plutôt un poisson solitaire, tandis que les jeunes vivent en bans. Ceux-ci peuvent être saisis d’une frénésie alimentaire féroce, et l’on voit alors la mer bouillonner de poissons qui en assomment d’autres d’un coup de queue pour mieux avaler leur proie. L’été, le bar aime vivre près des côtes rocheuses et des plages à vagues déferlantes. Il est alors capturé à la ligne par des pêcheurs individuels. Les professionnels le pêchent en haute mer, soit à la ligne, soit au filet. »

Source : https://www.academiedugout.fr/ingredients/bar_820

Histoire de plat – Bar, le poisson roi – Les Carnets de Julie :

Ingrédients

  • 1 bar évidé et écaillé
  • 1 tomate
  • 1 citron
  • 1 branche de romarin
  • Huile d’olive
  • Sel

La recette

Préchauffer le four à 200°.

Rincer le poisson et le sécher.

Déposer une feuille de papier cuisson sur une lèche-frite.

Découper la tomate et le citron en tranches.

Insérer dans le ventre du poisson, le romarin et, en alternant, les tranches de tomate et de citron.

Saler le bar.

Arroser le poisson d’huile d’olive.

Enfourner pour 20 minutes.

Servir avec du riz et une sauce vierge.

Bon appétit !

SAUCE VIERGE

Un peu d’histoire : la sauce vierge

« La sauce vierge a été inventée par le chef Michel Guérard durant les années 1980, dans le cadre de recherches qui devaient aboutir à la création de la nouvelle cuisine.

Qu’est-ce donc que cette nouvelle cuisine ? Il s’agit d’un mouvement culinaire créé en rupture avec la haute cuisine. La nouvelle cuisine s’axe notamment sur des plats légers, délicats, et exige une présentation particulièrement soignée de ces derniers.

Ainsi, la sauce vierge est une sauce légère qui trouve sa juste place dans la confection de plats de poisson – réputés être des mets relativement allégés au regard des viandes en sauce et autres daubes typiques de la haute cuisine.

Sachez d’ailleurs que la sauce vierge peut tout à fait venir baigner une viande – blanche – telle qu’un blanc de poulet ou une tranche de porc. »

Source : https://www.pratique.fr/recette-sauce-vierge.html

Ingrédients

  • 2 tomates ou une boîte de tomates concassées
  • 20 cl d’huile d’olive
  • 2 échalotes
  • 2 cuillères à soupe de citron
  • Persil, ciboulette
  • Sel, poivre

La recette

Eplucher et ciseler les échalotes. Réserver.

Laver les herbes, les sécher et les émincer. Réserver

Laver les tomates et les détailler en petits morceaux.

Dans une casserole, verser l’huile d’olive, les morceaux de tomates ou les tomates concassées, les échalotes, les herbes, le citron, le sel et le poivre.

Faire cuire doucement la sauce pendant 30 minutes et laisser tiédir avant de servir.

La sauce vierge peut également être servie froide.

flan PÂTISSIER de pascal caffet

Flan pâtissier – Recette de Pascal Caffet – Fou de Pâtisserie

Un peu d’histoire : le flan

« Cet entremets, incontournable de la pâtisserie française (mais pas que) est apparu au XIIIe siècle probablement en Angleterre avec la custard tart. Il paraît même qu’il fut servi en 1594 au couronnement à Chartres du roi Henri IV. Il est surtout devenu très populaire dès le début du XXe siècle. Classiquement il est à base de pâte brisée bien beurrée comme pour les test d’aujourd’hui, mais on peut très bien le réaliser avec de la pâte feuilletée, de la pâte sucrée ou bien sûr sans pâte. Selon le budget dont on dispose on peut remplacer le lait par de l’eau, mettre des jaunes d’oeufs, des oeufs entiers, utiliser des rognures de pâte feuilletée pour ne pas gaspiller, des restes de crème pâtissière ou carrément remplacer les oeufs par de la poudre à crème (je n’en suis pas fan vu sa composition). Certains boulangers et pâtissiers lustrent le dessus avec un nappage d’eau et de confiture ou de gelée d’abricot. Les dérivés sont nombreux, far bretonclafoutis, damassé à la pâte feuilletée inversée de Claire Damon, pasteïs de nata au Portugal, pinyin dàn tà en Chine etc. Le très gourmand Gilbert Pytel a même testé les 10 meilleurs flans de Paris. »

Source : https://www.mercotte.fr/2019/08/20/flan-parisien-aux-oeufs-contre-flan-parisien-sans-oeufs-le-test-de-lete/

Une recette du livre « Fou de pâtisserie » aux Editions Marabout.

La recette est un flan au praliné – je n’ai pas fait le praliné, faute de temps.

Ingrédients

Pour la pâte à tarte à foncer

  • 135 g de beurre pommade
  • 235 g de farine T55
  • 25 g de maïzena
  • 6 g de sucre semoule
  • 6 g de sel
  • 85 g de lait écrémé
  • 20 g de jaune d’œuf (environ 1 jaune d’œuf)

Pour la crème à flan

  • 2 gousses de vanille
  • 200 g de sucre semoule
  • 90 g de maïzena
  • 250 d’œufs entiers (environ 5 oeufs)
  • 375 g d’eau
  • 400 g de lait écrémé

Pour la finition

  • Sucre glace

La recette

Pour la pâte à foncer

Mélanger à la main dans un saladier le beurre, la farine, la maïzena, le sucre, le sel jusqu’à obtention d’une texture sablée.

Une fois le mélange bien sablé, incorporer le lait et le jaune d’oeuf. Former une pâte homogène.
L’envelopper dans du film alimentaire et la réserver au réfrigérateur pendant environ 20 minutes.

A l’aide d’un rouleau à pâtisserie, sur un plan de travail fariné, étaler la pâte afin d’obtenir un disque de 24 cm de diamètre. Foncer la pâte dans un moule à tarte de 20 cm de diamètre et de 3 cm de hauteur.

A l’aide d’un petit couteau, ôter le surplus de pâte sur les bords.

La crème à flan

Préchauffer le four à 180°.

Fendre les gousses de vanille dans la longueur et les gratter avec la pointe d’un couteau pour en extraire les graines.

Dans un saladier, mélanger la moitié du sucre, de la maïzena et des œufs.

Dans une casserole, faire chauffer le lait et l’eau, les gousses fendues, les graines de vanille et le sucre restant jusqu’à ébullition.

Sur le saladier, poser un chinois ou une passoire fine. Verser le liquide bouillant. Ensuite, bien mélanger à l’aide d’un fouet.

Reverser la préparation dans la casserole. Porter à ébullition et laisser sur feu doux pendant environ 1 minute.

Verser la crème à flan sur la pâte à tarte.

Enfourner pour 50 minutes.

La finition

Saupoudrez la surface du flan de sucre glace.

N.B. J’ai laissé refroidir la crème à flan avant de la verser sur la pâte.

financiers aux fraises

Financiers aux fraises

Un peu d’histoire : les financiers

« Pour la petite histoire, les gâteaux étaient appelés « visitandines » à l’origine (et le sont parfois toujours !). La recette vient en effet de sœurs d’un ordre religieux du même nom qui les préparaient. C’est à la fin du XIXème siècle qu’un pâtissier parisien, établi à proximité de la Bourse, les remit au goût du jour et les nomma ainsi du fait de sa nombreuse clientèle du monde de la finance. »

Source : https://www.marieclaire.fr/cuisine/financiers,1223038.asp

Et la vidéo explicative de « Superbon » – La petite histoire du financier :

https://www.youtube.com/watch?v=SdU5Yqq8XIo

Une recette de Marie-Claire Cuisine et Vins de France :

https://www.marieclaire.fr/cuisine/financiers-aux-fraises,1197099.asp

Ingrédients

  • 250 g de fraises
  • 200 g de sucre glace
  • 200 g de beurre (+ 20 g pour les moules si ils ne sont pas en silicone)
  • 6 blancs d’oeufs
  • 80 g de poudre d’amandes
  • 80 g de farine (+ 20 g pour les moules si ils ne sont pas en silicone)

La recette

Préchauffer le four à 180°.

Laver les fraises. Les sécher et les équeuter. Les couper en deux. Réserver.

Faire fondre le beurre jusqu’à ce qu’il prenne une belle couleur et dégage une odeur de noisette. Laisser tiédir.

Monter les blancs en neige.

Ajouter le sucre glace, mélanger.

Ajouter la poudre d’amandes et la farine. Mélanger.

A l’aide d’une passoire, verser le beurre fondu dans la préparation. Mélanger.

Si les moules ne sont pas en silicone, les beurrer et les fariner avant de verser la préparation.

Verser la préparation dans des petits moules à financiers.

Remplir les moules aux trois-quart de pâte.

Ajouter deux morceaux de fraises par moule.

Enfourner pour 20 minutes.

Sortir les financiers, les démouler sur une grille et les laisser refroidir.

Servir tiède ou froid.

Bon appétit !

crumble aux fraises & balsamique de pomme

« Le nom crumble vient du verbe anglais « to crumble », qui signifie « émietter », d’où son aspect sablé et fragmenté. Dans certaines parties de l’Amérique, un plat similaire est appelé « crisp », qui veut dire croustillant.Le crumble  est devenu populaire en Grande-Bretagne durant la Seconde Guerre Mondiale lors des bombardements à Londres par les nazis. On avait alors besoin de main d’oeuvre féminine pour aider au travail en remplaçant les hommes. Les femmes qui avaient beaucoup moins de temps pour cuisiner, réalisèrent avec les moyens du bord une recette plus économique et qui prenait moins de temps que la tarte traditionnelle.Cette alternative économique des tartes, s’imposait en raison de pénuries d’ingrédients, dû au rationnement alimentaire.Ainsi, pour réduire d’avantage l’utilisation des oeufs, de la farine, de sucre et de matière grasse, on utilisait de la chapelure ou de la farine d’avoine, ainsi que de la margarine ou de l’huile, et associaient plusieurs fruits de saison. Le mélange de la pâte était réalisée grossièrement au fond du moule, puis l’on disposait les fruits par dessus.Plus les rations étaient faibles, plus on manquait de fruits. Les femmes finirent par cacher ce manque en inversant la disposition des éléments dans l’ordre décroissant de quantités.Ce le plat est devenu populaire surtout en raison de sa simplicité. »

Source : http://www.milliondinarbaby.com/le-saviez-vous-cuisine-lorigine-du-crumble/

Ingrédients

  • 750 g de fraises
  • 200 g de farine
  • 100 g de beurre (à température ambiante)
  • 100 g de sucre
  • 100 g de poudre d’amandes
  • Un peu de balsamique de pomme

Producteurs

  • Balsamique de pomme : Les Vergers de la Morinière, La Fresnaie-Fayel, 61
  • Fraises : Au cours des halles, La Ferté-Fresnel, 61

La recette

Préchauffer le four à 200°.

Laver, équeuter, et couper les fraises.

Mélanger dans un saladier les fraises et le balsamique de pomme. Réserver.

Verser dans un saladier le beurre la farine, la poudre d’amande et le beurre.

Pétrir pour obtenir une pâte sableuse.

Déposer les fraises dans des ramequins (ou un grand plat).

Ajouter le crumble émietté.

Enfourner une vingtaine de minutes.

Bon appétit !

cake au thon & wakame

L’algue wakamé

« Cette algue est cultivée en France depuis la fin du XXè siècle  seulement. Algue brune  utilisée  la plupart du temps en salades et soupes ( miso japonaise), on en trouve  plusieurs espèces , vendues  surtout déshydratées mais aussi  fraîches  et conservées dans le sel. Elles ne doivent pas être cuites longtemps sous peine de perdre leurs vertus. Si cette algue est encore cultivée en France de façon confidentielle, on en récolte plus de 450 000 tonnes en Asie ( Japon et Corée). »

Source : https://www.alguerie.com/vente_algue_wakame_Bretagne.htm

Ingrédients

  • 150 g de farine
  • 1 boîte de thon
  • 4 oeufs
  • 100 g de comté
  • 20 g de beurre + un peu de beurre pour le moule
  • Un peu d’algues wakamé séchées
  • 1 sachet de levure
  • Sel, poivre

Producteur

Algue wakamé : Scarlette Le Corre, Le Guilvinec, 29

La recette

Préchauffer le four à 180°.

Beurrer un moule à cake.

Faire fondre le beurre. Réserver.

Mélanger la farine et la levure dans un saladier.

Ajouter les œufs, le comté, le beurre fondu, le sel et le poivre. Mélanger.

Verser la préparation dans le moule à cake.

Enfourner 40 minutes.

Vérifier la cuisson à l’aide de la lame d’un couteau : planter le couteau au milieu du cake. Si la lame ressort sèche, le cake est cuit.

Bon appétit !

ETON MESS

Un peu d’histoire

« A l’origine de cette appellation, il y a plusieurs légendes.

Certains auteurs disent que ce dessert serait né dans les années 1920 lors du pique-nique annuel de l’Eton College : un labrador aurait sauté sur le panier pique-nique d’une famille du gratin londonien pendant un match de cricket. Le labrador aurait, de ce fait, écrabouillé la meringue, les fraises et la crème. Flegme britannique oblige, loin de s’en offusquer ou faisant mine, les propriétaires de ce dessert se sont exclamés, stoïques et dignes : “It’s absolutely delicious! These strawberries are delicious! Wonderful!”. (“C’est absolument délicieux ! Ces fraises sont délicieuses ! Merveilleux !”)

Une autre légende raconte que, au début des années 1920, une famille anglaise était en chemin pour rendre visite à son fils, étudiant à Eton College. Parmi les provisions qu’on apportait à cet étudiant en pension, il y avait une pavlova qui, pendant le voyage, n’a pas très bien tenu et s’est effondrée pour devenir au final un mélange chaotique de meringue, crème chantilly et fruits rouges. Rappelons que la pavlova est ce célèbre dessert emblématique de Nouvelle-Zélande nommé après la ballerine russe Anna Pavlova, et composé de meringue et garni de fruits frais, les mêmes ingrédients que l’Eton mess.

Ce n’est que lors du match annuel de cricket de 1930 que l’Eton mess devint le dessert emblématique de l’évènement, servi en fin du déjeuner traditionnel qui précède le match. »

Source : https://www.196flavors.com/fr/royaume-uni-eton-mess/

Ingrédients, pour 2 personnes

  • 25 cl de crème fleurette
  • 2 cuillères à café de sucre glace
  • 1 meringue
  • des fraises
  • des framboises

Commerçants

Meringue : Aux Saveurs Fertoises, La Ferté-Fresnel, 61

Crème liquide, fraises & framboises : Au Cours des Halles, La Ferté-Fresnel, 61

La recette

Mettre le bol, le fouet et la crème liquide 15 minutes au réfrigérateur.

Monter la chantilly au batteur électrique ou au robot pâtissier jusqu’à ce que la chantilly soit bien épaisse.

Ajouter le sucre glace, mélanger et réserver au frais.

Laver les fraises et les framboises.

Couper les fraises en morceaux. Réserver au frais.

Au moment de servir, dresser l’Eton Mess :

Concasser la meringue dans un saladier.

Dans des coupelles individuelles, ou un verre, déposer en désordre la meringue, la chantilly, les fruits.

Servir sans attendre.

Bon appétit !

N.B.

Choisir une crème fleurette entière (30% de matière grasse minimum).

Monter la chantilly au plus près de son utilisation. Réserver dans un récipient filmé au réfrigérateur.

%d blogueurs aiment cette page :