Gâteau au chocolat de Pierre Hermé

Un peu d’histoire : le chocolat

« Première boisson exotique à arriver en Europe, le chocolat était connu en Amérique centrale depuis des millénaires par les différentes populations qui s’y sont succédé. Les Aztèques l’avaient en haute estime. Ils le buvaient assaisonné de piments, parfois de maïs ou de fruits, lors des cérémonies religieuses ou des fêtes. Ses vertus médicinales étaient également reconnues : comme boisson fortifiante et aphrodisiaque, pour soigner les brûlures et les blessures avec le beurre de cacao. Les fèves elles-mêmes étaient utilisées comme monnaie et permettaient d’acheter nourriture, vêtements ou esclaves.

Le conquistador Hernan Cortés et ses hommes débarquent au Mexique en 1519. Ils découvrent cette étrange boisson et restent surpris par son aspect et son amertume : l’ajout de sirop d’agave (édulcorant naturel) ou de miel va l’améliorer. Cortés comprend le profit qu’il peut tirer de cette boisson appréciée et, en 1528, il rentre en Espagne avec des fèves et les ustensiles nécessaires à sa préparation. L’accueil du chocolat à la cour de Charles-Quint est mitigé ; il faudra attendre quelques dizaines d’années pour qu‘il soit adopté. Il est vrai qu’entre-temps, des religieuses missionnaires installées au Mexique avaient eu l’ingénieuse idée de le sucrer. À la fin du siècle, le chocolat est en Espagne une boisson prisée et recherchée. On le déguste partout, même dans la rue, et à n’importe quelle heure.

Après l’Espagne, les autres pays européens vont découvrir le chocolat durant le 17e siècle et s’enthousiasmer pour cette toute nouvelle boisson. Une véritable ‘chocomanie’ s’empare de l’aristocratie et du clergé. Plus coûteux que le thé et le café, le chocolat va rester longtemps un produit élitaire. Il s’invite dans toute bonne société. Consommé dans l’intimité au réveil, il peut aussi se déguster tout au long de la journée et est offert en rafraîchissement lors de réunions mondaines ou entre amis. La réputation de boisson aphrodisiaque des Aztèques subsiste, et pour beaucoup, le chocolat est associé à la volupté. Un médecin écrit en 1702 que « Ses vertus stimulantes sont propres à exciter les ardeurs de Vénus ». Ce qui explique que pendant longtemps cette boisson reste réservée aux adultes

Cette nouvelle boisson va susciter de nombreuses questions. Les hommes d’Église se demandent si le chocolat doit être considéré comme boisson ou aliment, et par conséquent si on peut le boire durant le carême et s’il ne rompt pas le jeûne. Du côté des médecins, les avis divergent. Pour quelques-uns, le chocolat est néfaste et nuirait à la digestion. La plupart cependant louent ses vertus médicinales et le recommandent pour les maux d’estomac, pour la digestion, en cas de toux, de fièvre ou d’étourdissement. Il pouvait être bu en fin de repas, au même titre que le café ou le thé. »

Source :

L’histoire du chocolat – Alimentrium.org

La recette

Préchauffer le four à 180°C.

Faire fondre le chocolat et le beurre au bain marie.

Dans un saladier, battre les œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange mousse et blanchisse.

Incorporer le mélange chocolat/beurre puis la farine.

Une fois la pâte homogène, la verser dans un moule beurré et fariné de 24/25 cm de diamètre.

Faire cuire 25 minutes environ.

Il faut ensuite attendre que le gâteau soit à température ambiante pour servir.

Bon appétit !

https://cuisine.journaldesfemmes.fr/recette/346291-gateau-au-chocolat?fbclid=IwAR36gT-Yntpc340m2nN8s1e0TovLlygDsXR3QTJgs5PhmItGWx2nACCULtc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :